• août 2017
    L Ma Me J V S D
    « oct    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  
  • Catégories

  • Articles

    • Album : journée Arts et Jardins du 9 juin 2013
      <b>IMG_6028</b> <br />

Histoire

Les îles   

Au XV ème siècle, il faut considérer les îles de la rive gauche comme des terres isolées par les eaux seulement lors des crues. Le chenal navigable était au plus près du coteau de Chécy.

Les levées modernes édifiées à partir du XVIème s. ont rattaché définitivement ces îles à la rive gauche. A l’extrémité de l’Ile aux Bourdons, s’élèvera le château de l’Isle. 

1348, Pierre Bourdon est seigneur de l’île qui porte alors le nom de sa famille.

L’Isle devient propriété des Groslot 

1475, l’Isle, grevée d’une hypothèque au profit d’Estienne Groslet (patronyme transformé plus tard en Groslot), marchand tanneur orléanais, est vendue à Jehan chatocoul.jpgGroslet, frère d’Estienne. 

1487, l’Isle est donnée à Jehan, fils d’Estienne.

Les baillis Groslot 

Jacques, fils de Jehan, obtient la charge de bailli d’Orléans qu’il conservera de 1521 à 1545. Il est également chevalier, chancelier d’Alençon, de Berry et conseiller du roi.

1530, les travaux du château de l’Isle débutent.

1532, il acquiert la métairie de la Haute-Isle et les droits féodaux attachés.                         

1535, il obtient de François 1er  l’autorisation de construire un pont-levis. 

1545, Jérôme succède à Jacques, son père, à la fonction de bailli d’Orléans. 

 

1548, le domaine de Jacques Groslot s’étend sur la superficie considérable de 1170 arpents (482 ha) comprenant l’Isle, la Haute-Isle, le Mont ainsi que l’Ile-aux-Bœufs et de nombreux lieux environnants: l’Ormet, le Caillot, le Châtelet, Rue-Neuve…1552, Jacques Groslot décède. Son hôtel de la place de l’Etape à Orléans est encore en cours de construction.Fervent partisan de la Réforme, Jérôme Groslot se voit signifié son arrestation, ainsi que Condé, lors du passage de François II à Orléans. Le décès du roi dans l’hôtel Groslot en décembre 1560 le sauve de l’exécution de la condamnation.

Orléans est occupée par les armées protestantes en 1562 puis 1567.

Jérôme Groslot tombe alors en disgrâce et perd sa charge de bailli. Il est condamné à mort en 1570 pour crime de lèse-majesté.

L’édit de pacification de 1571 lui permet de rentrer en grâce. Il est autorisé par Charles IX à tenir un prêche dans son château de l’Isle.

1572, invité à Paris pour le mariage d’Henri de Navarre et de Marguerite de Valois, Jérôme Groslot est victime du massacre de la Saint-Barthélemy. 

Enfant lors du décès de son père, Jérôme II, devenu adulte, se consacre aux voyages et à l’écriture. 

1621, sa succession échoit à ses deux neveux, fils de Louise Groslot épouse de Samuel Puchot, gentilhomme normand et «agent général de ceux de la religion prétendue réformée ». 

Louise Puchot, petite-fille de Louise Groslot, fait gérer par son mari Gédéon Richier ses métairies du val d’Orléans. 

1751, les héritiers Richier vendent le domaine de l’Isle à Charles Maximilien Midou seigneur de Cormes. Son frère Claude Louis Midou de la Chesnaye en devient propriétaire quelques années plus tard. 

1794, le fils de ce dernier, prénommé également Claude Louis, vend son domaine à Pierre Luc François Jacques Mainville, négociant d’étoffes d’indienne à Orléans. 

1803, Joséphine de Mainville épouse de Jean-Jacques Louet de Terrouenne, hérite la partie du domaine comprenant le château. 

1829, le domaine de l’Isle, territoire de Chécy, est attribué par décision du Conseil d’Etat, aux communes de Saint-Denis-en-Val et Sandillon. 

1866, sous la pression du fleuve en crue, la levée cède à 150 m du château. Il est en grande partie détruit ainsi que la ferme.

chatonoir.jpg1914, la famille de Terrouenne cède le château au baron Henri Petiet. 

1925, le château est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques. Devenu propriété de la SAFER le temps d’aménager le domaine de Melleray, le château est vendu en 1961 à M. Bergeron puis à M. Denis Girault, propriétaire actuel. 

  Sources: Michel Marinier, Chécy 10siècles d’une histoire redécouverte, 2005                                                                                                                                            

                                                                                                                                                                Ruines  du château en 1866 (photo col. particulière)

4 Réponses à “Histoire”

  1. RIGAUD Muguette dit :

    C’est une histoire vraie qu’il convient de transmettre.

  2. Samuel dit :

    Magnifique endroit que j’ai découvert en famille hier après-midi.
    J’ai réalisé quelques photos que vous trouverez sur mon blog.

    Amicalement.

  3. Michel Marinier dit :

    Je vous remercie de l’envoi des cartes postales de l’aquarelle Nouel.
    La propriétaire de ce dessin est très sensible aux efforts faits pour la valorisation du site et vous remercie, par ma voix, de votre envoi.
    Elle vous contactera, à ce qu’elle m’a dit, afin de se rapprocher de l’association.
    Recevez mes sentiments les plus cordiaux.
    Michel Marinier

  4. D. Turpin dit :

    Bravo pour tout ce que vous faites pour ce château.
    Je ne comprends pas que ce monument important pour l’histoire de la région d’Orléans ait suscité si peu d’intérêt pendant des décennies.
    Je suis historien et passionné d’art. Je fais moi-même visiter un château dans la région lyonnaise mais ma famille paternelle est originaire du Loiret. Je vous souhaite beaucoup de courage et une belle renaissance pour le château de l’Isle !

Laisser un commentaire

 

Force Ouvrière Cordier-Lapeyre |
souvenirs |
CSF MEINAU - confédération ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Oiseaux à Séné Morbihan
| AMICCA
| LITCHI